Semons l'Amour

Il y avait des oiseaux joyeux ce matin, des nuages resplendissants aussi.

Une lumière particulière…

Une journée idéale pour partir à Jérusalem, tenter de trouver la paix et l’amour.

A 7h, devant les arbres centenaires et l’éléphant en bois sculpté par l’ami de Mûrs, Omar, du Mali, je suis parti avec Joël…

Une dizaine de cyclistes avec moi dont mes enfants, Simon et Éléa.

Christophe belloeil, le chanteur, écrivain, peintre, thérapeute se met à la course à pied. “Pour dire l’émotion qu’est l’amitié pure” me confit-il sans voir le joyaux qu’il glisse dans une poche de mon short.

On dépose mes enfants devant le collège…

Peu importe les mots. Ma fille essaie de ne pas pleurer. J’essaie de trouver une blague… Je ne trouve rien… Seulement, cette bête tentative de me montrer fort et ces mots “je reviens. Je t’aime”.

Avant cela, juste avant le départ, une cinquantaine d’entre vous s’était levée très tôt. Juste pour témoigner que suivre la voix de l’Amour vous fait écho.

Que de doux visages, que d’histoires, d’espoirs, de courage que vous êtes venus livrer par votre présence.

Il y a nos amis journalistes, Guy Poulain et Zaoui Aynaou qui nous font l’honneur de regarder l’histoire que nous écrivons.

Et puis surgissant de ma vie d’hier, 9 femmes à Barbes comme je les aime et un mafieux adorable. Toute la troupe de théâtre venu me transmettre leur affection. Un secret qu’ils elles ont bien gardé…

En plein dans le mille…

A peine le temps de se relever de cette joie, mon ami Jérôme Foyer, prononce quelques mots au nom des 6600 habitants de Mûrs Erigné. Il dit “après tout ces projets de plus en plus incroyables, on se dit, que ça va s’arrêter. Mais maintenant, on attend déjà le prochain”… Je sens, dernière son humour si doux qu’il croit en moi. Et moi aussi je commence à trouver ça normal.

Les premières foulées nous conduisent chez les voisins des ponts de cé. Jean-paul Pavillon est là. La force tranquille ! Une magnifique et rassurante chemise à fleurs à faire pâlir les beegees.

Il nous lance 2 mots très simples : “Allez-y”.

Le yallah de sœur Emmanuelle adapté pour nous.

Et puis 7 km plus loin, celui qui veille à l’intérêt des trélazéens : Lamine Naham, leur Maire, a son tour, salue notre passage. Il vient du Sénégal… Je ne sais pas pourquoi mais je crois important de le préciser. Il rit et il me redit cette folle phrase qui avait achevée de me convaincre de poursuivre ce projet. “Si tu arrives à Jérusalem, je me débrouille, je te rejoins”.

On était nombreux aujourd’hui. Il y avait tellement d’énergie qui tournoyait autour de ces premiers pas, que j’ai finalement fait ces 43 premiers km presque sans m’en rendre compte. Les douleurs sont là, mais le dialogue avec mon corps est ouvert… Pour l’instant…

A l’arrivée, jean Christophe Rouxel le désormais célèbre Maire dont la bannière du village a fait le tour du monde, des océans, des montagnes et bientôt de l’espace nous accueille comme des princes partant pour un long voyage.

Il nous met même en contact avec Charles. Un journaliste d’Europe 1 venu faire un reportage avec lui. Il me demande “mais comment ferez-vous pour les visas, les interdictions de passage en Syrie ? Les règles… Insiste-t-il. Je lui réponds que je crois d’abord aux Lois de la vie qui sont dans le cœur de tout homme. Que si un homme est touché par ma demande d’exception à une règle, le miracle qu’on appelle la vie se produira…

– oui mais enfin, même si ça marche avec un, il y en aura d’autres ?”.

Du tac au tac, je m’entends lui répondre : “oui, mais vous je vous vois déjà sourire ” ce que j’évoquais le mettais dans une joie qu’il n’avait pas vu venir.

Mais il me faut parler d’une rencontre.

Celle des 7 derniers kilomètres.

Un homme de ma taille, sportif, chauve, souriant m’attend sur la route. J’ai l’impression que c’était écrit. Que je le connaissais.

C’est Marc-Antoine Néron. Oui, comme l’amoureux de Cléopâtre.

Difficile de résumer cette rencontre. On peut juste glisser quelques points cardinaux de la carte de sa vie pour un peu se laisser inspirer par lui.

Il a 10 ans pile de plus que moi. Il n’a connu qu’une femme. Celle qu’il a aimé juste en la voyant courir sur une piste d’athlétisme. Il y a 37 ans. Ils ont maintenant 3 enfants.

Il consomme l’équivalent de 0,7 planète contre 1,7 pour un individu moyen.

Il est Maire de la commune de Saint Hilaire Saint Florent après avoir travaillé 300h par mois pour ses 2 commerces de vélo. Il a écrit 2 livres. L’un sur une course de vélo de 1200 kms d’une traite, l’autre sur le marathon de la Rochelle. Actuellement il en écrit 6 en même temps. Dont un a propos d’un vélo qu’il a construit lui permettant de descendre les 4 fleuves français puis aller à la source de chacun par la route.

Il dort seulement entre 2h et 6h et ne mange que tous les 3 jours. Pourquoi ? Juste parce qu’il a observé que c’était le meilleur fonctionnement pour lui.

En 6e, il découvre qu’il comprend l’anglais instantement. Quand l’encyclopédie jean Christophe Rouxel s’exprime, il retient toutes les dates.

Voilà que l’intelligence m’est montrée. Il l’a définit comme ça “juste essayer d’être en harmonie avec soi, les autres, la vie autour de nous”.

J’oubliais… Il organise un salon du livre : “l’amour des livres”

Pourquoi a t il coupé son agenda pour venir nous soutenir ?

Allez savoir…

Mais moi, je le vois comme un miroir. Les dons fous qu’il a, le champ des possibles dont il fait la démonstration dans la vie réelle, je suis presque certain que le message qui m’est adressé est le suivant : A ta manière, tu as quelque chose toi aussi de ce que tu admires en lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *